Les antivax européens sont des “crétins sortis des cavernes”

Les antivax européens sont des “crétins sortis des cavernes”


Vu d’Amérique latine Les antivax européens sont des “crétins sortis des cavernes”

3 MIN

Confidencial (Managua)

Alors que l’Amérique latine manque toujours de vaccins, le Vieux Continent, qui se prétend cultivé scientifiquement, donne le mauvais exemple avec ses manifestants antivaccins et anti-pass sanitaire, qualifiés d’“obscurantistes”. C’est l’opinion de ce commentateur du journal nicaraguayen Confidencial.

De temps à autre, les journalistes européens s’intéressent à l’Amérique latine, presque toujours pour aborder la violence, le narcotrafic, les migrants, les coups d’État, les dictatures, les catastrophes naturelles, etc.

Il est rare au contraire que les journalistes latino-américains se tournent vers l’Europe, et c’est ce que je propose de faire.

À lire aussi: Décryptage. Covid-19 : pourquoi l’Amérique latine est la région la plus touchée au monde

De Managua, au Nicaragua, je voudrais aborder un phénomène de grande ampleur, quoique minoritaire, celui des antivax de tout poil qui est observé dans plusieurs pays du Vieux Continent et qui, très franchement, est intolérable.

Chaque semaine ou presque, ces Européens, qui semblent contredire l’image du peuple cultivé soigneusement entretenue depuis longtemps, manifestent dans les grandes villes contre la vaccination, le pass sanitaire et les restrictions.

Il y a urgence

Et moi je me dis – non sans une certaine indignation – que des millions de Latino-Américains ont besoin de vaccins de toute urgence. Ces vaccins, ces Européens n’en veulent pas – tels des crétins.

À lire aussi: Pandémie. La Chine rebondit en Amérique latine avec sa “diplomatie des vaccins”

Le principal argument des antivax n’est pas religieux, mais on remarque chez des Européens un fanatisme et une ferveur qui l’est.

Au Nicaragua, une de mes sœurs est témoin de Jéhovah – l’une des sectes les plus réactionnaires et les plus antisociales, qui, entre autres choses, interdit les transfusions sanguines même lorsqu’elles sont vitales. Mais elle s’est fait vacciner, avec deux doses et un rappel.

Le pire de l’Europe

Il y a aussi ceux qui ont une conception “naturaliste” des choses, fondée sur la supposée capacité du corps humain à expulser – sans aucun agent extérieur – tout virus osant l’attaquer. Ces personnes sont tout droit sorties des cavernes.

En Europe et dans d’autres pays développés, ceux qui refusent d’être vaccinés contre le Covid parce qu’“on n’a pas assez de recul” et qu’“il n’y a pas assez d’études prouvant l’absence d’effets secondaires notables” sont par conséquent opposés à la science.

Plus de 8,6 milliards de doses ont été administrées à l’échelle mondiale, ce qui permet aux vaccinés de ne pas faire partie du décompte des morts et de poursuivre leur vie quotidienne dans le cadre imposé par la pandémie.

Le pire de l’Europe a été révélé non pas par un dirigeant politique d’extrême droite, mais par le coronavirus, qui a mis au jour une pensée obscurantiste tapie pendant des siècles.

À lire aussi: Pass vaccinal. “Matamoresque” : décidé à “emmerder” les antivax, Macron rallume le feu à l’Assemblée

Les antivax semblent des membres rétrogrades et pernicieux de la société qui, pour se dresser contre la science, brandissent paradoxalement le drapeau de la Révolution française et de la liberté individuelle.

Un droit suprême

Ce sont des menteurs, car avec leur prétendue défense de la liberté individuelle – le droit de décider s’ils se feront vacciner ou non – ils enfreignent le droit d’autres personnes à vivre. Ont-ils le droit de tuer leurs semblables ?

La liberté individuelle s’arrête là où commencent les droits d’autrui et, en l’occurrence, il s’agit du droit suprême à la vie et à la mort.

Il faut être un peu fou pour agiter un tel spectre, et leur opposition, en plus d’être illégitime, est hypocrite, car leur raisonnement néglige les droits du collectif.

À lire aussi: Histoire. Les idées antivax en Allemagne, héritage d’idéologies ésotériques très ancrées

Ils se fichent de porter atteinte aux autres et une seule chose les intéresse : camper sur leurs positions à tout prix. La peur de quelques-uns face à la vaccination pourrait éventuellement être recevable, mais la peur de mourir du Covid devrait être plus forte.

Faire valoir que le Covid n’est pas une menace me paraît une ânerie, dans la mesure où cette maladie a déjà provoqué plus de 5,3 millions de morts dans le monde. À partir de quand, selon ces personnes, le coronavirus sera-t-il considéré comme une menace pour la vie humaine ?

Guillermo Cortés Domínguez

Cet article a été publié dans sa version originale le 05/01/2022.

Source

Confidencial

Managua

http://www.confidencial.com.ni/

Confidencial est né en 1996 en tant qu’hebdomadaire d’information et d’analyse de l’actualité du Nicaragua. Selon Carlos Chamorro, son fondateur et directeur, Confidencial pratique un journalisme indépendant et critique. Sa mission est de produire de l’information fiable pour promouvoir le débat public.”

Son siège, situé à Managua, la capitale, a été fermé à la fin de 2018 par la dictature de Daniel Ortega. Carlos Chamorro s’est exilé au Costa Rica, mais le site web continue de fonctionner.